ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°301 - 20/05/2021

Finances

Enquête Villes de France sur les tendances budgétaires et RH



Dans un contexte toujours très incertain en matière de finances publiques, Villes de France vient de réaliser une enquête afin de connaître les principales orientations budgétaires et RH qu’anticipent ses membres en 2021. Les résultats sont basés sur les réponses obtenues auprès d’une cinquantaine de villes moyennes* et permettent de dégager quelques tendances marquantes pour ce début de mandat.

Fiscalité : pas d’aggravation de la pression fiscale en 2021
En 2021, à 92% les Villes de France laissent leurs taux de foncier bâti et non-bâti inchangés voire les baissent, et n’aggravent pas la pression fiscale sur les ménages.
Sur cet échantillon de quarante-neuf villes, afin de « redonner du pouvoir d’achat aux ménages », quarante-cinq villes n’ont pas l’intention de modifier leur pression fiscale. Le solde est constitué de quatre villes qui vont faire évoluer leurs taux de foncier bâti à la hausse (+0,5% en moyenne).
Au niveau des groupements, la proportion des EPCI pour lesquels des augmentations de la fiscalité sont annoncées cette année est en revanche plus importante qu’au niveau des villes (dans 20% des réponses). Ces augmentations en matière de fiscalité concernent en particulier la TEOM revue à la hausse.

Budgets : une progression des dépenses portées par l’investissement local
L’année 2021 devrait se traduire dans les Villes de France par une augmentation mesurée des budgets et de leurs dépenses globales (+ 3% en moyenne dans la cinquantaine de villes ayant répondu).
Les villes moyennes devraient donc continuer à maîtriser l’évolution de leurs dépenses de fonctionnement (+0,6%), et intensifier dans le même temps leurs dépenses d’investissement (+7,6%) en 2021. À compétences constantes par rapport à 2020, parmi les 49 villes, les investissements seront en effet en hausse ou en forte hausse dans une large majorité de villes (65% des réponses).
Cette augmentation du volume des budgets sera a priori très nettement portée par la reprise de l’investissement du bloc communal, en lien avec la politique de relance et les aides de l’Etat liées à la transition écologique (CRTE). Les secteurs d’investissement qui resteront prioritaires dans les budgets 2021 : en grande majorité l’aménagement urbain du centre-ville en lien avec le programme Action cœur de ville, les travaux de voirie, la préservation du patrimoine, les dépenses d’éducation et les économies d’énergies…
Pour les collectivités qui ont indiqué investir davantage en 2021 qu’en 2020, c’est-à-dire à des niveaux plus élevés que l’année dernière, un peu plus de 40% envisagent d’accroître leur encours de dette.

 

Ressources humaines
Les collectivités enquêtées étaient interrogées sur leurs effectifs, les absences, et la gestion prévisionnelle des départs en retraite, avec un fait émergent qui ressort des réponses : une population d’agents relativement avancée en âge (47 ans en moyenne) notamment dans les catégories d’encadrement (agents A) et d’encadrement intermédiaire (agents B). Un phénomène de vieillissement qui doit être anticipé et pris en compte pour ce mandat.
Conséquence d’effectifs en phase de vieillissement et des précédentes périodes de confinement, le taux d’absentéisme dans les villes moyennes reste relativement important, proche de 8% en moyenne en 2020 dans la cinquantaine de villes enquêtées, en conformité avec la tendance affectant les collectivités locales.
Pour les agents appartenant à la catégorie C, le taux d’absentéisme est très souvent corrélé avec l’âge, c’est-à-dire d’autant plus élevé que la moyenne d’âge dans la collectivité est importante, et d’autant plus faible que la moyenne d’âge est basse.
Les Villes de France étaient également interrogées sur leur politique en matière de départs en retraite et de renouvellement de postes. Après plusieurs années de restrictions importantes, où les remplacements se faisaient a minima, les villes sont arrivées à un pallier au niveau de la réorganisation de leurs ressources humaines. Désormais, celles-ci privilégient essentiellement un remplacement des départs « au cas par cas », tout en favorisant les logiques de redéploiements internes, en adaptant en continu l’organisation des services publics locaux, voire en réinterrogeant la pertinence de certains d’entre-eux.

Téléchargez les résultats de l’enquête Villes de France – Mai 2021

* 49 Villes de France répondantes (moyenne de la population de ces villes : 35 715 hab.)
AJACCIO – ALBI – ALENCON – ANNEMASSE – ANTIBES – ARRAS – AURILLAC – AUXERRE – BERGERAC - BOURG-EN-BRESSE – BOURGES – BRIGNOLES - BRIVE-LA-GAILLARDE - CAGNES-SUR-MER – CAHORS - CHALONS-EN-CHAMPAGNE - CHAMBERY – CHATELLERAULT – COGNAC – COLMAR – CREIL – EPINAL – FONTAINEBLEAU – FOUGERES – LAON - LA ROCHE-SUR-YON - LE CREUSOT – LUNEL – LUNEVILLE – MACON – MAUBEUGE – MELUN - NEVERS - PERIGUEUX - PLOEMEUR – QUIMPER – ROANNE – ROYAN - SABLE-SUR-SARTHE - SAINT-LAURENT-DU-VAR - SAINT-LOUIS – SAINT-QUENTIN – SARREBOURG – SEDAN – SELESTAT – SENS – SETE – TROYES – TOUL

n°301

20 Mai 2021

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi