ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°600 -


Aménagement du territoire, services publics

« Alors que le gouvernement actuel ferme de manière bureaucratique les hôpitaux, les bureaux de poste, les trésoreries, les écoles, les casernes et les tribunaux, appauvrissant ainsi les territoires, je suspendrai toutes les fermetures afin de confier à un ministère de l’Aménagement du Territoire la création région par région d’un schéma directeur intégré de l’ensemble des services publics. Ce schéma sera élargi à l’ensemble des entreprises que nous remettrons dans le giron du service public, et notamment dans les DOM-TOM où le caractère vital du service public est d’autant plus marqué que le territoire est reculé.

Décentralisation

J'estime nécessaire en effet que les relations entre Etat et collectivités locales soient profondément et durablement améliorées, et juge pertinent que la FVM siège à la Conférence nationale des exécutifs. L'essentiel demeure à mes yeux de rétablir un climat de confiance, institutionnel et politique, entre l'Etat central et les collectivités territoriales.
Je suis favorable à une extension raisonnée et rationalisée de la décentralisation, mais en revanche il nous faut revenir sur la réforme des collectivités territoriales, qui n'a en fait que pour conséquences de supprimer la représentation des petites formations dans les territoires, de museler les libertés communales au profit d'intercommunalités forcées.
Je propose donc de maintenir et renforcer la commune ainsi que le département, comme cellules de base de notre République. Je propose en conséquence de supprimer les conseils régionaux dans leur forme actuelle, les assemblées régionales étant désormais la simple émanation des conseils généraux, qui jouent un rôle déterminant dans le maillage du territoire et sa représentation.

Finances publiques

Concernant le financement des collectivités locales, je suis favorable à une redéfinition de la répartition des ressources.

Politiques sectorielles

• Je propose de poursuivre l’effort budgétaire en faveur de l’enseignement supérieur pour qu’il atteigne 2 % du PIB dans 10 ans et rattraper ainsi notre retard en renforçant le partenariat entre écoles, universités et IUT. Cette augmentation des moyens doit permettre un accès plus démocratique à l’enseignement supérieur par des bourses au mérite et la réduction des frais d’inscription.
• Je suis favorable à une amélioration des conditions de reprise des emprises foncières et immobilières des entreprises publiques et de celles de l'Etat.
• Concernant le numérique, il nous faut en effet accélérer le Plan National Très Haut Débit, et rendre effectifs les engagements des opérateurs.
• Il faut également atteindre l'installation des praticiens dans les secteurs en déprise sanitaire. Ainsi, je proposerai que chaque médecin doive exercer deux ans de sa carrière pro­fessionnelle dans une zone où l’on manque de professionnels de santé, et en particulier les territoires ruraux. Il s’agira d’un contrat d’intérêt général obligatoire entre l’Etat et chaque nouveau médecin dont la formation est payée par la collectivité et l’activité financée par la sécurité sociale.
• Je propose de permettre en cinq ans l’accession à la propriété pour 2 millions de ménages à travers des prêts garantis par l’État, la vente d’une partie des logements HLM à leurs locataires et l’encadrement des loyers. »

Télécharger la réponse du candidat dans son intégralité

n°600

16 Avril 2012

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Président : Gil Avérous

Directeur de la publication
Jean-François Debat

Rédacteur en chef
Guillaume Ségala

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Margaux Beau, Arthur Urban

Secrétariat
Anissa Ghaidi