ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°391 - 24/10/2007

Transport

Désenclavement de la France et infrastructures de transports


Saisie par la Délégation à l’aménagement et au développement durable du territoire du Sénat de la question du désenclavement et de l’état de l’équipement de la France en infrastructures de transport, la FMVM a récemment apporté sa contribution aux deux parlementaires chargés de l’élaboration d’un rapport sur ce sujet.
Le point de départ de la réflexion de Jacqueline Alquier, sénatrice du Tarn et de Claude Biwer, sénateur de la Meuse était le programme adopté lors du CIACT du 18 décembre 2003, programme contribuant très faiblement au désenclavement puisqu’il porte essentiellement sur des élargissements d’itinéraires ou sur des projets ubains.
En préambule de sa contribution, la FMVM a rappelé l’importance que les villes moyennes  et leurs communautés disposent de réseaux de communication matériels et immatériels efficaces, l’un des objectifs du CIACT précité étant d’inscrire la croissance des transports dans une perspective de développement durable. Dans sa contribution, la FMVM n’a pas formulé d’observations précises sur le réseau routier, soulignant que l’expansion continue du réseau autoroutier a de ce fait largement accru l’accessibilité des villes moyennes au sens de la LOADT du 4 février 1995 (une aire urbaine de plus de 10 000 habitants ne doit pas être située à plus de 50 km de distance ou à plus de 45 minutes de trajet d’un grand axe de transport).

Lignes à grande vitesse
Au titre des projets de lignes à grande vitesse, la FMVM a indiqué que l’ouverture du premier tronçon de la LGV Est européenne, la réalisation de sa seconde phase, ou encore le prolongement des LGV Sud-Europe-Atlantique et Bretagne-Pays de la Loire étaient également des facteurs de gain d’accessibilité pour les villes moyennes.
Toutefois, la FMVM a souligné que toutes les villes moyennes situées directement ou bien dans la zone d’influence de ces tracés n’en bénéficiaient pas de la même façon. Pour cela, l’État comme les régions doivent veiller à optimiser la fréquence des arrêts dans les gares de ces villes, et assurer une bonne articulation des TGV et des trains régionaux.

Lignes ferroviaires d’intérêt national
Au terme du CIACT du 18 décembre 2003, seules trois grandes lignes ferroviaires d’aménagement du territoire ont été retenues (POLT, LRNVS et Paris-Clermont-Ferrand). Au-delà de la priorité donnée au développement polycentrique de l’agglomération parisienne, la FMVM a rappelé l’importance qui doit être donnée à l’accélération de ces investissements et à la regénération viaire de l’ensemble des réseaux secondaires.
Dans le même temps, les villes moyennes doivent également pouvoir compter aussi bien sur une bonne accessibilité au sein du réseau régional de transport ferroviaire que sur la consolidation des lignes ferrées transversales d’intérêt national, lignes dont l’intérêt est renforcé par la constitution de grandes régions européennes.

Développer l’intermodalité
Dans la perspective du renforcement du rôle des villes moyennes comme charnière du territoire, le maintien de la qualité du niveau de leur accessibilité actuel et à partir de là, le développement de l’intermodalité avec les transports régionaux s’avère crucial.
La FMVM a précisé que l’amélioration de l’accessibilité des villes moyennes passait aussi par l’amélioration de la gouvernance de ces mêmes réseaux à tous les échelons compétents.
Il a été ainsi proposé dans cette contribution d’inciter à la mise en en place de schémas interrégionaux, afin de réduire les « effets de frontière », contrecoup de la dynamique positive de la régionalisation des transports de voyageurs.

Et l’aérien ?
Si l’on s’en tient à la volonté initiale de développer un 3ème réseau d’aéroports dans le bassin parisien (Beauvais, Vatry, Châteauroux) projeté dans le cadre du CIACT du 18 décembre 2003, la FMVM a regretté que ce projet en soit resté au stade de la déclaration d’intention.
S’agissant du soutien au développement d’aéroports éloignés du bassin parisien et ne disposant pas d’une desserte proche assurée par le TGV, la FMVM a estimé essentiel de préserver la ligne budgétaire correspondant à l’ancien FIATA et souligné l’intérêt de ce financement dont les aéroports des villes moyennes sont très largement dépendants.

L’accès aux TIC
Dans une démarche de développement durable, la FMVM a enfin rappelé l’importance de coupler à une stratégie de développement des infrastructures matérielles, l’accessibilité des territoires en infrastructures immatérielles.
Si les villes moyennes sont à l’heure actuelle plutôt bien desservies en haut débit et en très haut débit pour l’entreprise, la FMVM a fait le constat que la couverture est peut être moins satisfaisante à la périphérie de ces aires urbaines.
De ce point de vue, la création de réseaux d’initiative publique ouverts aux opérateurs, reste une solution coûteuse mais un élément indispensable pour l’attractivité des entreprises. Et la question du partage des infrastructures existantes entre opérateurs reste, en dépit des interventions de la commission européenne, inaboutie à ce jour.

n°391

24 Oct 2007

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Président : Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de la CA de Châteauroux Métropole

Directeur de la publication
Monsieur Jean-François Debat, Maire de Châteauroux et président de la CA de Châteauroux Métropole

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi