ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°451 -

Réforme des IUFM - Valérie Pécresse a reçu une délégation de la FMVM


Une délégation* de la Fédération des Maires des Villes Moyennes a été reçue, mercredi 4 février 2009, par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, sur l’apport des villes moyennes au système d’enseignement supérieur en France et en particulier sur les craintes liées au maintien des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM) dans le cadre de la réforme des IUFM.

L’enseignement supérieur en villes moyennes
Les maires des villes moyennes ont rappelé à la ministre que l’implantation de l’enseignement supérieur dans les villes moyennes est issue de la rencontre, dans les années 80, de deux mouvements :
- au niveau national, l’accroissement des effectifs étudiants combiné à l’incapacité de la structure universitaire traditionnelle à y faire face ;
- au niveau local, la volonté de garder la jeunesse et de la former mieux, de fixer localement l’intelligence des enseignants chercheurs et de développer une ingénierie en liaison avec le tissu économique local.

La dynamique de l’enseignement supérieur des villes moyennes contribue au maillage du territoire et à sa structuration, en même temps qu’elle apporte une réponse à la demande des habitants. Les villes moyennes n’ont pas hésité à consacrer des investissements importants. Elles accueillent 12% de la population étudiante (15% des étudiants inscrits en Province) et ont ainsi concrètement contribué à la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur.

La réforme des IUFM
Concernant la réforme des IUFM, les maires ont précisé que plus de 60 villes moyennes accueillent quelque 30% des effectifs étudiants inscrits dans cette filière. La « masterisation » des IUFM ne doit pas conduire à une reconcentration dans les plus grands centres universitaires. Cette réforme en drainant les étudiants vers les plus grands centres universitaires, présente un risque très important de disparition des IUFM et de leurs antennes départementales très présentes historiquement dans les villes moyennes.

La ministre a rassuré les maires des villes moyennes en confirmant que les « antennes de proximité des IUFM continueront d’accueillir des étudiants parce que ceux-ci ont besoin d’une formation effectuée au plus près des territoires et au plus près des classes ».
« J’ai besoin  de sites de formations d’enseignement supérieur dans les villes moyennes » a t-elle ajouté précisant que les structures d’enseignement professionnalisant ont toutes leur place dans la proximité.

Elle a également  rappelé les accords européens qui ont conclu à la nécessité d’accroître la population française de diplômés de la classe d’âge de 39 % en moyenne nationale française à 50% et donc la nécessité de développer des filières plutôt que d’en supprimer.

La ministre a convenu d’un nouveau rendez-vous avec les maires de la FMVM, fin mars pour faire un point sur l’ensemble des sites concernés.
    
* La délégation de la FMVM était composée de Bruno Bourg-broc, maire de Châlons-en-Champagne, président de la FMVM, Alain Calmette, maire d’Aurillac, Michel Champredon, maire d’Evreux, Guillaume Garot, député-maire de Laval et Emile Zuccarelli, ancien ministre, maire de Bastia

n°451

11 Fév 2009

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Président : Gil Avérous

Directeur de la publication
Jean-François Debat

Rédacteur en chef
Guillaume Ségala

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Margaux Beau, Arthur Urban

Secrétariat
Anissa Ghaidi