94 rue de Sèvres 75007 Paris

Ondes Urbaines

Numérique

Couverture mobile, très haut débit, open data : où en sont les collectivités ?


Alors que les couvertures mobiles réelles sont peu connues, l’Arcep entreprend une démarche ambitieuse de cartographie de la couverture mobile en France tandis qu’en ce qui concerne le très haut débit, le Cerema a publié un troisième bilan sur les réseaux d’initiatives publiques. Enfin, un retour sur les territoires pilotes des démarches open data.

L’Arcep publie une carte de la couverture mobile

Fin mars, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a annoncé l’ouverture d’un nouveau site monreseaumobile.fr, informant de manière détaillée sur la couverture mobile des territoires. Dans cette première phase du projet, l’Arcep se concentre sur la région Nouvelle-Aquitaine. L’enjeu est de bénéficier de nouvelles informations comme la possibilité de capter un signal mobile en intérieur ou encore la disponibilité de l’internet mobile. Ce projet fait suite à la décision de l’Arcep du 20 janvier 2017 et s’appuie sur les nouvelles facultés de l’autorité, précisées par la loi Macron et la loi Lemaire. Parmi les progrès permis par cette démarche : une mise à jour trimestrielle, une échelle de précision très fine et une recherche de position géographique optimisée. Là où deux qualités différentes étaient connues, quatre seront proposées : pas de couverture, couverture limitée, couverture bonne et très bonne. Afin de parfaire la cartographie des opérateurs qui s’appuiera sur des modélisations, l’Arcep lancera des campagnes de mesure sur le terrain, à la charge des opérateurs. Le projet s’inscrit sur cinq ans.

Voir le portail

Voir la décision de l’Arcep sur la cartographie des réseaux mobiles

Retour sur les territoires pilotes pour l’Open data

Pendant toute l’année 2017, les neuf territoires pilotes de l’expérimentation « Open data locale » faisant suite à la loi Lemaire, et porté par l’association Opendatafrance, sont mobilisés pour élaborer un socle commun de données, définir des méthodes de standardisation et préparer le terrain pour les petites collectivités qui ont moins d’expériences et de moyens. Au sein de ces collectivités expérimentatrices, des animateurs territoriaux de l’open data intéragissent avec d’autres collectivités afin de mener un travail collaboratif sur ces enjeux. En effet, les petites collectivités soulignent souvent le caractère chronophage, peu attractif pour les élus et peu contraignant en l’absence de sanctions, de l’ouverture des données. Hackatons, ateliers, intégration des acteurs privés, les territoires pilotes s’engagent activement pour faire progresser ces sujets et élaborer des solutions adaptées. Des questions se posent sur les contenus, les formats, les implications en terme de ressources humaines ou d’organisation internes.

En savoir plus.

Où en est le très haut débit dans les collectivités ?

Une note d’information sur l’état des lieux des réseaux d’initiatives publiques (RIP), qui sont portés par les collectivités territoriales, a été publiée par le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema). Elle estime que les collectivités auront construit 8,5 millions de lignes très haut débit jusqu’à l’abonné d’ici cinq ans et qu’il en restera 6 millions à faire.

Voir la note

n°126

05 Avril 2017

2



Partager sur :

Directeur de la publication
Président : Gil Avérous

Directeur de la publication
Jean-François Debat

Rédacteur en chef
Guillaume Ségala

Rédaction
Armand Pinoteau, Margaux Beau, Arthur Urban, Anaëlle Chouillard

Secrétariat
Anissa Ghaidi