ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°391 - 24/10/2007

Tourisme

Tourisme urbain - Premiers résultats d’une enquête européenne


Réalisée par Novatris à la demande d’Odit France et de ses partenaires la FMVM et la DIACT, l’enquête sur les pratiques et attentes des touristes français et étrangers dans les villes françaises a été menée fin 2006. Elle visait à mieux connaître les pratiques et attentes des touristes en ville, français et étrangers (Italiens, Espagnols, Anglais, Allemands, Belges). La FMVM a publié à l’occasion des 3èmes assises, une synthèse des résultats, en attendant la parution en fin d’année de la publication de l’ensemble des résultats par Odit France.
Ondes Moyennes revient sur les principaux résultats de cette enquête.

La ville française, quelle que soit sa taille, attire un grand nombre de visiteurs européens aux profils diversifiés.
Cette attraction est exercée par l\'espace urbain lui-même et également par la multitude des activités qui sont proposées dans la ville-centre, mais au-delà, dans ses environs. En effet, la motivation de visite s\'inscrit le plus souvent dans un territoire plus large que la ville-centre et ce, pour près de la moitié des villes concernées par l\'enquête.
Au dela de ces atouts touristiques, la ville est appréhendée dans sa globalité.  Nombre de visiteurs privilégient par exemple la balade à pied à tout autre mode de transport (53% des Allemands et 54% des Belges, qui sont les touristes les plus piétons) : c\'est un élément important à prendre en compte tant dans l\'offre touristique que dans la communication de la ville en direction de ses visiteurs.
Autre constat, les européens qui visitent les villes françaises, sont dans une forte proportion frontaliers (36% des Allemands et 33% des Espagnols).
De plus, l\'urbain attire l\'urbain : les habitants des métropoles urbaines sont fréquemment des visiteurs de villes. La taille de la ville a également son importance dans les pratiques touristiques ; ainsi on observe que les visiteurs des villes moyennes sont plus fréquemment des habitants de villes de taille équivalente.
La ville française constitue un espace touristique très apprécié avec une note moyenne de 5 sur une échelle de 1 à 7.
La ville se découvre seul, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des professionnels ou de réserver. Connaître la ville implique de s’imprégner de son ambiance. L’information, la publicité et les professionnels du tourisme ne sont des moyens de connaissance de la ville que dans de faibles proportions en particulier pour les Français, mais aussi pour les autres nationalités.

Les pratiques des touristes sont très variées : l’excursion est majoritaire, mais la proportion de séjours n’est pas négligeable. Si les visites se font majoritairement l’été, elles sont néanmoins fréquentes au printemps et à l’automne. Les modes d’hébergement sont très diversifiés : de l’hébergement familial à l’hôtel en passant par le camping. Les activités pratiquées sont multiples et variées en fonction de la ville elle-même, de ses environs, mais aussi du profil du visiteur.


Cinq profils de visiteurs dans les villes moyennes

Les visiteurs des villes moyennes se répartissent en cinq groupes :
Les « pro culture »
Ils représentent 13% de l\'ensemble des visiteurs des villes françaises. Les principales motivations qui les caractérisent sont de visiter une ville en particulier (52%) et notamment la ville-centre, mais essentiellement dans l’objectif de visiter un monument touristique (39%).
Les touristes « pro culture » visitent en priorité les villes avec un patrimoine et restent focalisés sur cet aspect. Les autres centres d’intérêt de la ville s’avèrent peu attractifs à leurs yeux. Les visiteurs « pro culture » sont parmi les plus satisfaits des villes françaises en général. Il s’agit d’actifs (80%), qui sont Anglais (26%), Italiens (19%) ou Espagnols (17%).
Les « pro nature »
Ils représentent 12% de l\'ensemble des visiteurs. Les principales motivations qui les caractérisent sont de visiter un site touristique (37%) et d’aller à la découverte de la nature (34%).
« Réfractaires » à la ville, ils sont à la recherche de la nature et du contact avec les habitants. La ville est juste une étape dans leur parcours, elle n’est pas une destination en soi. Dans ce contexte, ils s’avèrent plutôt intéressés par les villes peu connues.
Ils sont Belges francophones (24%), Espagnols (24%), Italiens (20%).
Cette catégorie de visiteurs est constituée d’hommes (65%) et de seniors âgés de 50 à 70 ans (44%). Elle comprend aussi davantage de personnes résidant en milieu rural (33%).
Les « flâneurs pro pratimoine »
Ils représentent 11% de l\'ensemble des visiteurs. Leur motivation est de visiter une ville en particulier (50%).
Cette catégorie de touristes est composée d’urbains qui s’avèrent plus proches des villes peu connues que des grandes villes. Ils aiment en particulier découvrir la ville en se promenant au hasard, et apprécient les moments festifs ainsi que le patrimoine des villes.
Ces visiteurs se montrent globalement plus satisfaits des villes françaises que les autres catégories de touristes. Ils sont Anglais (41%), Belges francophones (20%), Espagnols (19%), Italiens (17%).
Les « réseaux - conviviaux »
Ils représentent 9% de l’ensemble des visiteurs et vont rendre visite à la famille, à des amis (70%) ; ils pratiquent également des activités spécifiques : ils vont à la mer (45%), aux sports d’hiver, etc.
Ils se différencient des autres catégories de touristes par leur ouverture à la ville, leur curiosité et leur côté festif. La ville est une motivation en soi, les visiteurs « réseaux - conviviaux » tirent profit de leur réseau relationnel pour pratiquer des activités touristiques.
98% de ces visiteurs sont des Français. La catégorie des visiteurs « réseaux - conviviaux » est constituée de femmes (58%), d’inactifs (33%), de jeunes de 18 à 25 ans (21%).
Les « famille et quotidien »
Ils représentent 8% de l’ensemble des visiteurs. Ils rendent visite à la famille ou à des amis (66%) ; vont à la mer (43%) ; découvrent la nature (34%).
La ville est surtout pour eux source de liens de parenté ou d’amitié. Mais, la ville est aussi attractive avant tout par sa proximité avec d’autres lieux d’évasion tels que la mer ou la nature. Les visiteurs « famille et quotidien » s’avèrent être la catégorie de touristes la moins satisfaite des villes françaises.
91% de ces visiteurs sont des Français. Cette catégorie de visiteurs est d’avantage constituée de femmes (58%) et de jeunes âgés de 18 à 25 ans (22%).

Trois familles de villes moyennes
Comme pour les visiteurs, une analyse statistique variée a été conduite et six groupes de villes visitées ont été identifiés : « villes tout en un » (24% des villes visitées),  « villes marathon » (23%), « espaces complets » (22%),
« espaces authentiques » (19%), « villes au singulier » (8%), « espaces ressourçants » (4%).
Trois de ces groupes concernent plus particulièrement les villes moyennes.
Les villes « espaces complets »
Elles représentent 22% des villes visitées et concernent à la fois des villes moyennes et des grandes villes. Ces villes « espaces complets » proposent une multitude d’activités, dans la ville elle-même et aussi dans ses environs. Elles se caractérisent, et sont appréciées, pour leur authenticité et la variété des activités proposées (culture, détente, shopping).
Les villes moyennes les plus emblématiques de cette catégorie sont : Carcassonne, Biarritz, Béziers, Arles, Beaune, Concarneau, Vannes, Cahors…
Les « villes au singulier »
Elles représentent 8% des villes visitées. Les villes « au singulier » offrent des activités principalement dans la ville-centre. Elles sont appréciées pour leur caractère festif ainsi que pour les activités de détente et de shopping qu’on peut y pratiquer.
La catégorie des villes « au singulier » est exclusivement constituée de villes moyennes.
Les villes moyennes les plus emblématiques de cette catégorie sont : Calais, Haguenau, Montélimar, Maubeuge, Mâcon, Niort.
Les « espaces ressourçants »
Elles représentent 4% des villes visitées. La catégorie des villes « espaces ressourçants » est constituée de territoires qui se caractérisent par la présence d’activités de détente et de plein air à pratiquer dans la ville et à proximité. La ville-centre est appréciée pour son ambiance, son patrimoine culturel.
Cette catégorie comprend uniquement des villes moyennes. Les plus emblématiques de cette catégorie étant : La Rochelle, Hyères, Arcachon, Grasse, Angoulême, Martigues, Nevers.

n°391

24 Oct 2007

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Présidente : Caroline CAYEUX, maire de Beauvais, présidente de la CA du Beauvaisis

Directeur délégué
Jean-François DEBAT, maire de Bourg-en-Bresse, président de la CA Bourg-en-Bresse Agglomération

Rédacteur en chef
Bastien Régnier

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel, Adrian Philip

Secrétariat
Anissa Ghaidi