ONDES
URBAINES

Ondes urbaines n°17 - 12/11/2014

Action extérieure

Bilan de la conférence de Pyeongchang sur la Biodiversité


La douzième conférence des Nations unies sur la biodiversité qui s'est achevée le 17 octobre 2014 en Corée du Sud a conforté le doublement des ressources financières et appelé à la mise en œuvre de politiques transversales. Quatre ans après l’adoption des 20 objectifs d’Aichi, les Etats signataires de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) ont évalué les progrès réalisés dans leur mise en œuvre. En parallèle de cette conférence, un « Sommet de la biodiversité pour les villes et les gouvernements infranationaux » s’est tenu pour aborder l’action des collectivités territoriales, au cours duquel « la Déclaration commune des associations françaises d’élus et de collectivités territoriales  pour la biodiversité », dont avait été  notamment signataire « Villes de France », a été saluée.
Principaux résultats
Le principal résultat de cette conférence internationale est l’entrée en vigueur du Protocole de Nagoya sur l'accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable de leur utilisation, le 12 octobre 2014, grâce à sa ratification par 53 pays et l’Union Européenne. Un comité de conformité, instrument de mise en œuvre du Protocole, a également été créé. Un autre résultat important est la réaffirmation de l’accord pris à Hyderabad (11ème Conférence des Parties) sur le doublement des flux financiers internationaux alloués à la biodiversité pour les pays en développement d’ici à 2015 et leur maintien jusqu’en 2020, en prenant comme référence la moyenne des fonds consacrés à la diversité biologique au cours de la période 2006-2010. Les gouvernements se sont aussi engagés à augmenter leurs financements nationaux en faveur de la biodiversité. Par ailleurs, les Parties ont adopté la Feuille de route de Pyeonchang pour la mise en œuvre renforcée du plan stratégique et la réalisation des objectifs d’Aichi. Ces actions portent sur la mobilisation des ressources, le renforcement des capacités, la coopération scientifique et technique, le lien entre la biodiversité et l'éradication de la pauvreté, et le suivi du Plan stratégique pour la biodiversité. Enfin, les décisions ont en outre été renforcées par l'appel lancé dans la Déclaration ministérielle de Gangwon (province de Pyeonchang), pour intégrer les objectifs d'Aichi comme contribution essentielle au programme de développement post-2015 des Nations Unies et à ses objectifs de développement durable.
Engagement des collectivités territoriales
Les Parties ont également adopté des décisions pour renforcer le rôle des collectivités territoriales. Le 13 et le 14 octobre 2014 s’est déroulé le Sommet de la biodiversité pour les villes et les gouvernements infranationaux qui a conclu au besoin d’une plus grande coopération entre les collectivités territoriales, les gouvernement et autres acteurs et la poursuite des travaux sur la promotion de la biodiversité pour le développement durable.  Le Sommet a présenté les derniers outils et initiatives sur des sujets tels que les stratégies locales pour la biodiversité,  l'économie verte et créative, la planification et l’aménagement du territoire, illustrant  l’importance de la biodiversité et des services qu’elle rend dans les territoires.  Un des principaux résultats du Sommet est la « Résolution de Gangwon / Pyeongchang pour les villes et les gouvernements infranationaux », qui a été soumise au nom des gouvernements locaux et sous-nationaux à la CDB et adoptée par les Parties.
On pourra noter que le document :
- salue la « Déclaration commune des associations françaises d’élus et de collectivités territoriales pour la biodiversité » (qui avait été signée notamment par « Villes de France », alors FVM, en 2012), à la précédente Conférence des Parties ;
- encourage « le développement des stratégies locales et sub-nationales pour la biodiversité en adéquation avec les enjeux des stratégies nationales et des objectifs d’Aichi » ;

 

- souligne « la nécessité de découpler nos modes de consommation et l'utilisation des ressources naturelles de la qualité de vie et de l’économie locale, en particulier à travers la promotion des activités économiques non extractives, le développement des politiques qui internalisent les coûts environnementaux et sociaux, l'intégration de la biodiversité dans la planification et l’aménagement du territoire, la cohérence entre les politiques sectorielles, et la restauration des écosystèmes » ;
- demande « aux Parties de soutenir les villes et gouvernements subnationaux dans l’application de programmes innovants et d’incitations fiscales en faveur de la biodiversité ».
En savoir plus :
- Site officiel de l’événement : https://www.cbd.int/cop2014/
- La « Déclaration commune des associations françaises d’élus pour la biodiversité » :
http://www.uicn.fr/IMG/pdf/Declaration_reseaux_CT_COP11_16102012.pdf
-Contact : Florence CLAP, Chargée de Programme 'Politiques de la Biodiversité' 
UICN Comité français 
Standard : 01 47 07 78 58 
www.uicn.fr
 

n°17

12 Nov 2014

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Président : Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de la CA de Châteauroux Métropole

Directeur de la publication
Monsieur Jean-François Debat, Maire de Châteauroux et président de la CA de Châteauroux Métropole

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Jean-Sébastien Sauvourel

Secrétariat
Anissa Ghaidi