ONDES
URBAINES

Ondes moyennes n°600 -


Aménagement du territoire, gouvernance, finances publiques

« Il ne peut y avoir de développement de nos communes, et notamment des communes moyennes qui jouent un rôle structurant dans l’aménagement de notre territoire, sans politique sérieuse, réfléchie et cohérente de l’aménagement du territoire. A ce titre, les compétences entre État et collectivités territoriales doivent être clarifiées et simplifiées, de même que leurs relations financières. Le budget des collectivités territoriales est dans le rouge, tant parce que nombre d’abus ont été commis et que l’État n’a pas hésité à transférer de nombreuses compétences, sans que les compensations financières ne soient nécessaires. Il faudra mettre un terme à ce système, moraliser, responsabiliser et encadrer cela. Aussi, je ne crois pas qu’il y ait besoin de plus de décentralisation, mais plutôt d’une refonte de la décentralisation, pour qu’elle soit plus simple, plus transparente, moins coûteuse et qu’elle laisse la place à un Etat Stratège aux côtés des collectivités.

Services publics

Enfin et peut être surtout, il ne peut y a voir d’aménagement du territoire sans services publics confortés, modernisés, organisés. C’est par ce que nous aurons des services publics, et notamment des services publics  de réseaux, qui mettront en valeur nos territoires ruraux et urbains, que nous parviendrons à faire vivre l’économie de nos territoires, à en assurer la compétitivité, à développer les grandes infrastructures de réseaux, et notamment les pôles multimodaux.  Ce n’est qu’ainsi aussi que nous parviendrons à assurer un maillage optimal du territoire. Il faut à ce sujet, rompre avec la soumission systématique aux injonctions de l’Union européenne, qui ont détruit le service public peu à peu.

L’échec de trois décennies de politique de la ville coûteuse et sans lendemain doit notamment nous amener à réfléchir aux moyens de ramener une paix civile durable et le bien-vivre dans les zones dites sensibles. Cela passe par une présence renforcée de l’État dans ces quartiers, mais aussi par un arrêt de la ghettoïsation de certains quartiers, par l’arrêt de l’immigration, par le relèvement des exigences à l’école de la République, ainsi que par une politique globale de création d’emplois et de lutte contre le chômage qui ne pourra être mise en œuvre que si l’on réforme en profondeur le système économique et financier et à condition que nous assurions la réindustrialisation de notre pays via le protectionnisme et le soutien aux TPE/PME.  »

Télécharger la réponse du candidat dans son intégralité

n°600

16 Avril 2012

2






Partager sur :



Directeur de la publication
Président : Gil Avérous

Directeur de la publication
Jean-François Debat

Rédacteur en chef
Guillaume Ségala

Rédaction
Céline Juteau, Armand Pinoteau, Margaux Beau, Arthur Urban

Secrétariat
Anissa Ghaidi